Le film du siecle la nullité d l'année le coin de la bd l'oeil du collégien
A LA UNE / LES YEUX ROUGES
CINEMA / LES YEUX ROUGES
TELEVISION / LES YEUX ROUGES
DVD / LES YEUX ROUGES
FESTIVALS / LES YEUX ROUGES
WEB / LES YEUX ROUGES
ARCHIVES / LES YEUX ROUGES
Imprimer Envoyer
«Va jusqu'au bout de l'ennui»

WEBRADIO
Yves Fontanille et Matthieu Descamps retracent le parcours poignant de Strychnine, fer de lance du punk français au temps de Michel Sardou et de Téléphone.

etc_strychnine2.jpg
Strychnine ou le punk français des années 80. ©DR

«Génération vaincue.» Vingt-sept ans après leur séparation, le titre phare du groupe Strychnine sonne toujours aussi juste. Arte Radio revient en une demi-heure sur les traces de ces fers de lance du punk français. Fondée en 1976 à Bordeaux, la formation s’est séparée deux albums et six années plus tard dans un fracas de disputes et de drogues.

Le documentaire signé Mathieu Descamps et Yves Fontanille donne la parole aux ex-membres du groupe et à ceux qui les ont côtoyés. Il donne à entendre l’énergie de quelques adolescents réunis autour de leur passion pour le rock et l’empâtement des survivants de la dope.



C’est dans cet écart que Strychnine – Hors du vide est le plus passionnant. Le récit par le bassiste Richard Brousse de ses années de galère après la mort du groupe est particulièrement poignant. Séjours à répétition en hôpitaux psychiatriques, traitements neuroleptique... Sa voix seule trahit la cassure d’un homme brisé que seul le rock avait su sortir de la marge. Ses parents, sa petite amie, Strychnine… «Il a perdu trois fois sa famille», raconte un de ses proches.

Ils se déplacent en corbillard

La dureté de la chute contraste avec l’insouciance des débuts. «Entre 1973 et 1977, la musique était devenue vraiment pénible. De New-York à Bordeaux, il y a eu la même réaction partout», témoigne un membre du groupe.

Finis les interminables solos, le rock se joue brut. A cent à l’heure. Avec style. Se déplaçant en corbillard, le groupe vadrouille de bars en bals, de festivals en salles de concert. L’audience peine à décoller malgré les bons papiers dans la presse. Un manque de succès qui, avec la drogue, précipitera le chaos final.

Le documentaire recèle alors quelques anecdotes sur la difficulté d’exprimer sa différence au pays de Michel Sardou et des yéyés et sur le versant noir de la mythologie rock. Eblouis par Lou Reed et ses récits pleins d’Heroin, certains se sont cramés les ailes, d’autres ont poursuivi l’aventure ailleurs sans jamais trouver la même flamme.
etc_strychnine1.jpg

Olivier Pujos

Strychnine – Hors du vide, d’Yves Fontanille et Matthieu Descamps.
France, 2009, 369 mn. En ligne sur Arte radio.


BONUS
etc_strychnine4.jpg
# La page MySpace de Strychnine, tenue par un fan.
# Ecouter Strychnine.
# Qu’est-ce que la strychine ? Alcaloïde extrait de la graine du vomiquier, très toxique, la strychnine est un stimulant de la moelle épinière, donc du système nerveux central. Elle accroît les perceptions sensorielles comme le goût, l’odorat et la vue ; à doses moyennes, elle agit sur les centres respiratoires situés dans le bulbe rachidien et augmente l’amplitude respiratoire. A forte dose, la strychnine est mortelle. C’était un poison classique dans la lutte contre les corbeaux et les petits rongeurs. Elle est interdite en France depuis 1999.
# Le rock bordelais des années 80 en images



 
 
 

LES YEUX ROUGES