Le film du siecle la nullité d l'année le coin de la bd l'oeil du collégien
A LA UNE / LES YEUX ROUGES
CINEMA / LES YEUX ROUGES
TELEVISION / LES YEUX ROUGES
DVD / LES YEUX ROUGES
FESTIVALS / LES YEUX ROUGES
WEB / LES YEUX ROUGES
ARCHIVES / LES YEUX ROUGES
I have a nightmare…

JEUDI 04 JUIN 2010 / 23H05 / CANAL+ Afrique du Sud, le cauchemar de Mandela, de Romain Bolzinger. L’ouverture de la Coupe du monde de football le 11 juin en Afrique du Sud est l’occasion de revenir sur une société dont l’image de violence et de racisme subsiste. Une enquête un peu légère.

Dans ce «Spécial investigation», l’Afrique du Sud est montrée violemment feutrée, telle qu’elle se dissimule de moins en moins : sur les chantiers du stade de Soccer City, le contremaître blanc énonce sans ciller que «ces types – ses ouvriers noirs - il faut les surveiller en permanence». «Un long chemin», prévoyait Mandela dans sa cellule de Robben Island…

Le téléspectateur de Canal+ comprendra ce soir que l’équation est difficilement soluble. Il l’entendra d’autant mieux que le Black economic empowerment (BEE), un mécanisme de discrimination positive local, est rendu limpide comme jamais, sur paperboard, par un patron blanc qui n’a pas eu d’autre choix que de promouvoir des noirs dans son groupe…

tv_cauchemarmandela1

Emeute dans un township. ©Tac Presse

Dans le film de Romain Bolzinger se côtoient un ancien combattant de la MK, la branche armée de l’ANC, devenu richissime «black diamond» par la grâce d’une dérive affairiste ravageuse, et les jeunes d’un township délaissé, en proie à toutes les maladies qu’on aurait cru disparues à Joburg…

«Leurs parents se battaient pour le droit de vote, eux se battent pour des égouts», résume justement le réalisateur. Qui, comme d’autres et à raison, perçoit dans la plupart des townships du pays que «la nation est au bord de l’explosion». Son film a le mérite de décortiquer les ressorts d’une poudrière que les pubs ne montreront pas pendant un mois à la mi-temps des 64 matchs du Mondial.

Des approximations

C’est pourtant un goût amer qui reste en bouche à la 52e minute. Quelques approximations trahissent sans doute un peu de la légèreté de l’enquête : A Soweto, «de gigantesques centres commerciaux à l’américaine» peut s’écrire au singulier ; l’ANC ne tient «tous les leviers du pouvoir» en Afrique du Sud que si Helen Zille, qui gouverne la riche province du Western Cape, ou Dan Plato, le maire du Cap, ont changé de parti sans prévenir ; et non, ladite ANC n’a pas été «fondée par Nelson Mandela», qui n’était même pas un fœtus en 1912…

Des détails, peut-être. Mais qui rendent finalement sceptiques sur le manichéisme proposé par Romain Bolzinger. Le Français a certes eu l’heur de débarquer en Afrique du Sud au moment où Julius Malema, le leader de la Ligue de la Jeunesse de l’ANC, appelait à tuer les «Boers», et où quelque temps plus tard, justement, le néo-nazi Eugène Terre’Blanche était assassiné par deux de ses travailleurs noirs.

Des oppositions raciales s’exacerbent incontestablement au sein d’une nation arc-en-ciel qui n’a jamais été si terne. Des inquiétudes se font de fait de plus en plus audibles, notamment à l’égard d’un Malema se réclamant de son dictateur de voisin qu’est Mugabe. Et effectivement, si Mandela voyait ça… Mais il voit sans doute plus loin. Et il a sans doute raison.

Antoine Gazeau

Afrique du Sud, le cauchemar de Mandela
, de Romain Bolzinger.
France, 2010, 52 mn. TAC presse.
Diffusion le vendredi 4 juin 2010 à 23h05, sur Canal+.
 
 
 

LES YEUX ROUGES