Le film du siecle la nullité d l'année le coin de la bd l'oeil du collégien
A LA UNE / LES YEUX ROUGES
CINEMA / LES YEUX ROUGES
TELEVISION / LES YEUX ROUGES
DVD / LES YEUX ROUGES
FESTIVALS / LES YEUX ROUGES
WEB / LES YEUX ROUGES
ARCHIVES / LES YEUX ROUGES
Imprimer Envoyer
CRITIQUES Après le film d'Alain Resnais, les élèves ont visionné trente-neuf minutes d'extraits de Shoah, de Claude Lanzmann, issus de la «Première époque» du film.

→ Ce qui ressort de la discussion collective, en classe ←

Ce film a été fait trente ans après Nuit et Brouillard.
Le film ne reprend pas des images d’archives sur cet évènement à la fois catastrophique et historique mais à la place, ils prennent des témoignages.
Claude Lanzmann insiste sur l’ambiance pesante et lourde pour faire ressortir la tristesse des anciennes victimes qui ont vécu cet évènement historique et catastrophique.
Le générique de début raconte la difficulté pour laquelle ils ont réussi à en tirer des témoignages.
Maintenant , à la suite du film, le mot «Shoah» désigne l’extermination des Juifs par les nazis. C'est comme ça que nous comprenons la première image du film, un panneau écrit titrant :
«Et je leur donnerai un nom impérissable.» (Isaïe, 56, V)

→ Critiques écrites par les élèves

«Laisser le temps»
Ce film est lent et pesant. Il est différent du film Nuit et Brouillard qui montre des images d’archives des camps de concentration. Shoah, lui, montre des interviews des survivants, des témoins ainsi que des nazis. Il est très difficile de parler de ces évènements pour ces rescapés des camps. Claude Lanzmann laisse le temps aux personnes de s’exprimer.  A quoi a été utile ce film, comment nous a-t-il influencé? Ce film nous explique des choses nouvelles, autre chose que des images d’avant. On voit ce qui reste aujourd’hui de ce génocide, les témoins de ces horreurs seront marqués pour toujours. Lanzmann fait revivre les moments durs du passé bien qu’il ne montre pas forcément les sentiments de ces personnes.
Angélique et Annalie

«Poignant»
Les témoignages sont poignants  les anciens concentrationnaires nous en parlent avec émotion. Se rappeler de ces instants horribles les touche… Comment oublier ces actes inhumains, ces crimes contre l’humanité, plusieurs vies furent brisées… Nous nous en rendons compte lorsque nous entendons les témoignages …
Lina et Saïd
«Pesant, lent, lourd»
Ce film est très pesant, lent et lourd. Il y a des témoignages, des voisins racontent comment ça s’est passé. Ce film est pesant parce qu’ils veulent nous faire comprendre leur souffrance, ce qu’ils ressentent. Il est aussi lent car ils ont fait une enquête.
Solenn, Ornella

«Un dur et lourd travail»
Ce film met en évidence les témoignages de survivants de la guerre, d’historiens, de nazis, et de personnes ayant vécu la guerre d’une façon ou d’une autre. On peut écouter dans ce film, le témoignage de Simon, jeune garçon de 13 ans et demi à l’époque de la guerre et âgé de 47 ans au moment du film. Il parle de cette période de sa vie très difficilement, avec beaucoup d’émotion. Et c’est là que l’on peut remarquer, lorsqu’on écoute dans une autre scène, le témoignage d’un ancien nazi, qui parle librement, d’une manière neutre envers ce qu’il a pu faire. Cette différence entre ces deux témoignages explique tout : la haine qu’il a pu avoir envers le peuple juif, et la non culpabilité qu’il a aujourd’hui. Il semblait indifférent, comme un simple employé exerçant son travail, se préoccupant des problèmes techniques et non moraux.
Cette «œuvre» n’expose volontairement aucune image, document ou vidéo de massacres humains, considérant qu’il y en avait assez dans d’autres films et qu’il était évident que tout le monde avait conscience de la monstruosité commise à l’époque, et de l’animosité qui régnait dans ces lieux de guerre. La réalisation de ce film peut nous investir facilement, nous faire comprendre un maximum sur l’enfer qu’ont vécu ces personnes, le fait que ceux soient de vrais témoignages émouvants et non des images de cadavres, nous entraîne psychologiquement dans leur histoire.
Ce film est extrêmement lent, ce qui peut s’expliquer par l’envie du réalisateur de nous montrer le dur et lourd travail qu’il a accompli pour le réaliser. Plus de huit ans de travail pour 9h30 de film.
Margot et Asma

«Beaucoup de culot»
Je trouve que ce film est très ennuyant car il n’y a pas d’action. Mais ce principal défaut que j’ai remarqué a toutefois un bon côté qui nous permet d’être dans la même ambiance que ces personnes. Cependant ce film nous apporte beaucoup d’avantages : d’une part je trouve qu’il est, je pense, très bien comparé à Nuit et Brouillard car on en a assez de voir et revoir des tueries. D’autre part, je trouve qu’il est assez intéressant car ne pouvant pas rencontrer des survivants, nous pouvons enfin savoir ce que pensent les rescapés de ce génocide. Le réalisateur a fait chanter Simon Srebnik des chansons qu’il chantait autrefois sur ce même lieu pour qu’il se souvienne de ces jours si tristes. Cela ma vraiment touchée. Mais je pense aussi que le réalisateur a eu beaucoup de culot de demander à Simon de faire cela. A la place du réalisateur je me serais abstenue de lui demander. Il y a aussi  la scène ou il interviewe un nazi.
Sonia
 
 
 

LES YEUX ROUGES