Le film du siecle la nullité d l'année le coin de la bd l'oeil du collégien
A LA UNE / LES YEUX ROUGES
CINEMA / LES YEUX ROUGES
TELEVISION / LES YEUX ROUGES
DVD / LES YEUX ROUGES
FESTIVALS / LES YEUX ROUGES
WEB / LES YEUX ROUGES
ARCHIVES / LES YEUX ROUGES
Imprimer Envoyer
Dans les entrailles du nucléaire

EN SALLES RAS Nucléaire, Rien à signaler, Alain de Halleux. Un documentaire engagé qui va, sans tabou, à la rencontre des travailleurs du nucléaire.

Ne vous attendez pas à un énième documentaire sur les risques du nucléaire en cas de dysfonctionnement d’une centrale ou d’exposition aux radiations sur les anciens terrains radioactifs. Cette fois, la caméra nous emmène à l’intérieur même de centrales, et donne la parole aux travailleurs du nucléaire. Impressionnant, et inquiétant.

cine_rasnucleaire1.jpg
José, employé de la société de sous-traitance SPIE. © Crescendo Films


Les témoignages se recoupent : ingénieurs, robinetiers, décontamineurs, radiologues, cadres logistiques… nous font tous part de leur fierté passée de travailler pour un service public de l’énergie, du nucléaire, dont la France est le leader mondial.

La sous-traitance des risques

Très vite, ils abordent leurs difficultés à assurer la sécurité des centrales et la leur depuis la privatisation d’EDF, synonyme de sous-traitance et de passage du risque zéro au «risque calculé»…

Le Mystère Silkwood, de Mike Nichols (1983)


Ce film d’Alain de Halleux est autant un documentaire sur les conditions de travail des ouvriers du nucléaire qu’une critique de la logique capitaliste privatiste. On se croirait parfois dans The Navigators de Ken Loach, qui traite de la privatisation des chemins de fer britanniques : les ouvriers n’ont pas le choix. S’ils dénoncent les risques liés soit au manque de moyens accordés à l’entretien des machines soit au manque de connaissance du métier des sous-traitants, ils risquent de se faire renvoyer…

Très bien documenté, et bien rythmé, ce film rompt la loi du silence qui règne sur les conséquences économico-sociales du nucléaire. Les témoignages sont poignants mais on aurait tout de même aimé voir quelques entretiens avec les hauts dirigeants actuels d’EDF. Que répondent-ils à ces dénonciations des conditions de travail et de sécurité ?

Julie Marchand

RAS nucléaire, rien à signaler, d’Alain de Halleux
France, 2008, 52mn Crescendo Films / Lota films
Diffusion le mardi 12 mai 2009, à 23h, sur Arte. Sortie en salles le mercredi 9 décembre 2009.

BONUS
# Alain de Halleux est également l'auteur d'une série de webreportages réalisés avec Antoine Citoyen, ouvrier de maintenance interimaire dans le nucléaire français.

# Lire aussi «Je n’ai rien vu à Hiroshima» sur le documentaire Gerboise bleue, de Djamel Ouahab ; «Areva, La Hague : les tabous» , sur le documentaire Au pays du nucléaire, d'Esther Hoffenberg ; «Les Touaregs contre Areva», sur le documentaire Niger : La Bataille de l’uranium, de Nahan Siby, Frédérique Denis et Stéphane Manier.
# Consulter les sites de lAgence internationale de l’énergie atomique et le Réseau Sortir du nucléaire.

 
 
 

LES YEUX ROUGES