Le film du siecle la nullité d l'année le coin de la bd l'oeil du collégien
A LA UNE / LES YEUX ROUGES
CINEMA / LES YEUX ROUGES
TELEVISION / LES YEUX ROUGES
DVD / LES YEUX ROUGES
FESTIVALS / LES YEUX ROUGES
WEB / LES YEUX ROUGES
ARCHIVES / LES YEUX ROUGES
Imprimer Envoyer
Mars 2008 : Fleury d'Aude élit son maire

LUNDI 22 JUIN 09 / 3H15 / FRANCE 3  Un village en campagne, Yves Jeuland.  Après un documentaire des villes sur Delanoë, Tibéri et Seguin (Paris à tout prix, 2001),  le réalisateur fait son  documentaire des champs et nous raconte les élections municipales dans une commune de moins de 3000 habitants. 

tv_villagecampagne1.jpg
Guy Sié, à la couleur politique énigmatique. ©DR

La filmographie d’Yves Jeuland n’en fait pas mystère : le documentariste se passionne pour la politique et les minorités. Il s'est donc déjà intéressé à la vie politique parisienne, aux homosexuels, à Noël Mamère, aux socialistes, aux communistes, aux juifs... Un vrai parcours du combattant. Et cette fois-ci, ce natif de Carcassonne joue à domicile. Il s'installe en effet à Fleury-d'Aude, sous le soleil, près de la mer.  Nous sommes en mars 2008. Les 2 547 habitants du village, les Pérignanais comme on les appelle, vont élire un nouveau maire. C'est l'occasion de se pencher sur la politique version petit bled. 

Cuisine, fraude électorale et tripes

Bienvenue à Fleury-d’Aude, donc, dans le département de l'Aude, région Languedoc-Roussillon. Nous sommes dans le Midi rouge, dans le pays Cathare, non loin de Narbonne, de Béziers et de Carcassone (la préfecture). Ici, c'est accent du sud, rugby, garrigue. Ici, ni sondages d’opinion ni plateaux télé. Les trois têtes de listes se nomment Salas, Sié et Sablairol. D'ailleurs ils se connaissent par cœur. Ils se détestent. Tous les ingrédients pour un parfait mélodrame électoral sont réunis.
tv_villagecampagne3.jpg

Yves Jeuland a eu du nez. Cette micro-politique ne manque de rien. Discret, le documentariste nous montre tout : le loto organisé par PS, le quotidien dans les QG, une partie de belotte lancée par le président de la région, l’ineffable – inénarrable ? imbuvable ? – Georges Frêche.  Messes basses. Coups bas. Le suspense devient haletant. Carrément, oui. Il faut dire que le mode de scrutin ne gâche rien : dans une commune de moins de 3 500 habitants, on «panache», on raye des noms... Mais rien à voir avec de la fraude électorale ! Pensez donc ! 

tv_villagecampagne2.jpg
Le suspens touche à sa fin. ©DR 

Et puis il y a la tambouille  d’entre-deux tours. «Je me maintiens, je me retire ?», s’interroge un candidat. Les vieux du village n'ignorent rien des subtilités de la vie politicienne. L'ancien facteur donne même un conseil  : «Quand tu refuses les chaussures qu’on te donne, tu es obligé de marcher pied nu.» A méditer.

Bucolique, drôle, Un village en campagne est un film réussi. Parce qu’il divertit. Parce qu’il offre un bel exemple de ce pourquoi une campagne politique peut devenir trépidante et nous prendre aux tripes.  Finalement, on y parle très peu de politique.

Antoine Gazeau

Un village en campagne, d’Yves Jeuland.
France, 2008, 90 mn. Compagnie des Phares et Balises / France 3
Diffusion le samedi 13 juin 2009, à 23 h 35, sur France 3. Rediffusion le lundi 22 juin 2009, à 3 h 15.



 
 
 

LES YEUX ROUGES